Catalogue

Francis Cohen
Le Daiveland 

Le Daiveland est un espace de pivotement qui entraîne avec lui celui qui y entre et suppose que le mot qu’il lit est en cours de rotation. Tout d’abord, est-ce possible ? Ensuite, qu’est-ce que le mot écrit et lu peut engendrer ? Chaque livre, chaque phrase, chaque vers de Jean Daive est une expérimentation pour provoquer le détour, le retour de la poésie. Lire, est-ce être provoqué ? Qu’est-ce qui se provoque ?

 

 

 

15 mars 2021
168 pages
18 € / 22 CHF

Daniel Wilhem
Mainmise

Des juges répètent depuis longtemps que seuls les propriétaires ont le pouvoir de céder les biens qu’ils ont en leur possession. Mais ils ont mille opinions sur la mainmise qui tourmente cer­tains écrivains émancipés. Blanchot parle d’un lecteur dissimulé dans son roman. Klossowski, d’un narrateur devant ses tableaux instantanés. Walser, de l’élève ou du promeneur, après ses écoles. Ces trois auteurs nous montrent que celui qui met la main sur l’autre peut, non s’il le doit, plutôt s’il le faut, la retirer.

 

 

 

novembre 2020
144 pages
17 € / 21 CHF

Leslie Hill
Blanchot politique

On le compte parmi les plus illustres : écrivain hors pair, critique littéraire d’une rare sensibilité et d’une influence sans égale, artisan de la déconstruction avant la lettre, penseur de la littérature dans ce qu’elle a de plus exigeant. Et pourtant plane sur l’œuvre un doute ou un soupçon, si ce n’est, selon la rumeur, un blâme ou une faute : les engagements politiques de l’écrivain d’avant-guerre. On le sait : entre 1931 et le mois de juillet 1940, Maurice Blanchot a mené une activité de journaliste politique dans la presse de droite, nationaliste, parfois extrémiste. Ces textes politiques d’avant-guerre, on croit les connaître, mais jusqu’ici, par embarras ou par hostilité bien-pensante, on ne les a quasiment jamais lus. Et l’on a tout autant évité de s’interroger sur le rapport entre l’œuvre du romancier et du critique littéraire et ses engagements politiques ultérieurs, sous l’Occupation, contre la République gaullienne, contre la guerre d’Algérie, contre l’antisémitisme, pour un certain communisme. C’est à cette tâche pourtant essentielle que s’emploie avec rigueur et pour la première fois ce Blanchot politique. En ressort un portrait plus exact et encore inédit de celui dont Georges Bataille disait qu’il était « bien l’esprit le plus original de son temps ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

novembre 2020
560 pages
30 € / 36 CHF

Francisco Della Casa
A demeure

Fustel de Coulanges, Jean-Baptiste Godin, William Levitt, Michel Foucault, Hans Widmer nous rappellent que l’habitat, dans ses conceptions successives, a fondé la cité, participé au progrès social, renforcé le règne du marché. S’il est vrai que la domination marchande est devenue une anesthésie et que nos contacts physiques de toutes sortes sont empêchés aujourd’hui, la question politique que nous nous reposons est de savoir ce que demeurer veut dire.

 

 

 

octobre 2019
176 pages
18 € / 22 CHF

Claude Le Manchec
Kleist contre Kant

Devant la porte de la ville, je me demandai pourquoi la voûte ne s’écroulait pas puisqu’elle n’avait rien pour la soutenir. Je me répondis que c’était parce que toutes les pierres à la fois veulent tomber. Ma réponse me consola en me donnant cet espoir : je saurais également me maintenir si tout venait à me laisser sombrer.

Heinrich von Kleist
(Lettre à Wilhelmine, le 25 novembre 1800)

 

 

 

 

octobre 2019
192 pages
19 € / 23 CHF

Daniel Wilhem
Bévue

Les bévues, que personne ne sait calculer, sont utiles. Elles sont sans doute nécessaires. À l’occasion, elles corrigent la vue simple qui ne nous suffit pas. Elles s’ajoutent à la vue seconde, la plus perspicace. Elles effacent la berlue et sa tromperie. Grâce à elles, ce que nous percevons par inadvertance ou par ignorance, à cause d’un défaut de l’attention, grossit et augmente sous nos yeux. Blanchot, en racontant ce qu’on ne peut rapporter, invente un présent sans durée. Kafka, observateur comique, déplace des mondes pour rouvrir son terrier. Paulhan, entre deux guerres, traverse un jardin public où il est interdit d’entrer les fleurs à la main. Ils se sont mis à trois pour accroître notre vue.

 

 

 

 

mars 2019
96 pages
17 € / 21 CHF

Jonathan Degenève
Le fil du récit

Le récit ne tient qu’à un fil. Il faut au moins un lien pour qu’une histoire se raconte, mais cette condition est précaire. D’un côté, elle permet de définir et même d’éprouver ce qui est proprement narratif. De l’autre, elle pose problème. Car dès le plus petit développement requis par la relation d’un événement, il n’y a pas de continuité sans discontinuité. Ce qui est fondamental serait donc double, voire contradictoire ? Oui. Et c’est un paradoxe qui est à l’œuvre dans la vie comme il est au cœur de l’art.

 

 

 

mars 2019
160 pages
18 € / 22 CHF

Claude Le Manchec
Le beau marin

Dans l’Amérique calviniste du XIXe siècle, la beauté virile serait-elle porteuse de mort ? Dans cette société ultra-religieuse, un ange, le beau marin, serait-il un scélérat ? L’homme sexuellement désirable, un hérétique et un inspiré ? Situé en effet entre le héros, le prophète et l’archange, à la fois médiateur, interprète et messager, le modèle de Melville vient annoncer la catastrophe de l’Occident dont la générosité toute chrétienne supporte l’esclavage des Noirs, le massacre des Indiens et le pillage de la nature. Son homosexualité n’est pas tant révélée qu’utilisée ici pour jeter le doute sur le dogme du péché originel qui domine le calvinisme et son étrange rationalisme. Se défiant de la bonté naturelle et de l’autonomie attribuées hâtivement à l’homme, en qui il voit un être contradictoire et fragile, irréductiblement « primitif », Melville tente de cerner le mal autrement que dans les décrets des Écritures saintes.

 

 

 

 

 

 

octobre 2018
240 pages
20 € / 24 CHF

Chantal Talagrand
Mémoires d’oubli

Du temps des Lumières et de la Révolution, il y aura eu, entre Paris et Venise, la langue française, celle du Dictionnaire de l’Académie de 1762, portée par l’œuvre de deux écrivains, Restif de la Bretonne et Casanova de Seingalt, que tout rapprochait : la passion immodérée des femmes, l’amour de la chose politique et la fureur scripturaire. Il semble fort peu probable qu’ils se soient jamais rencontrés ni même écrit, mais cet oubli de la Fortune se voit ici enfin réparé.

 

 

 

mars 2018
352 pages
24 € / 30 CHF

Maurice Blanchot
Colloque de Genève

Le colloque Maurice Blanchot, « La littérature encore une fois », s’est tenu à la Comédie de Genève les 17, 18, 19 et 20 mai 2017. Il a été organisé par les Éditions Furor et par l’Association des amis de Maurice Blanchot. Aux textes des interventions réunis dans ce livre s’ajoutent, en aparté, un entretien avec Benoît Jacquot et des impromptus sur son film, réalisé en 1970, intitulé « Lecture du chapitre X de Thomas l’Obscur de Maurice Blanchot ».

 

 

 

octobre 2017
400 pages
25 € / 30 CHF

Benjamin Delmotte
Etonnement

L’œuvre d’une artiste comme Berlinde De Bruyckere peut produire un malaise dont il faut souligner à quel point il nous concerne intimement. Étonnant miroir que celui où nous nous reconnaissons, malgré l’altération, sinon une quasi-disparition de la forme humaine. Si l’empathie constitue la remarquable condition de possibilité d’une telle expérience, il convient ici de l’envisager d’un point de vue phénoménologique, car l’œuvre de Berlinde De Bruyckere confirme, d’une manière éminente, la proche parenté, soulignée par Husserl, de l’art et de la phénoménologie.

 

 

 

janvier 2017
112 pages
15 € / 19 CHF

Daniel Wilhem
Chien de lisard

Julien Sorel, assis sur le toit de la scierie, néglige les machines. Il se promène dans son livre préféré. Son père le surprend, le brutalise, l’arrache à son poste de surveillance, le ramène au foyer et, le lendemain, le traite de chien de lisard. Aujourd’hui, l’injurié a pris une revanche. Comme des chiens que plus personne ne siffle, les fous de littérature (il y a des exemples) savent qu’ils ne sont plus seulement des lecteurs ou des liseurs, mais de bons lisards.

 

 

 

janvier 2017
280 pages
20 € / 25 CHF

Roger Kempf   Sarah Kofman
Tributs à Voltaire

Roger Kempf se fâche, avec Flaubert, contre tous ceux qui prétendaient continuer Candide et qui ont cru que leur temps d’élargir une œuvre épouvantablement belle était venu. Sarah Kofman, avec Nietzsche, raille les maussades qui sont les complices des infâmes, puis tente de comprendre pourquoi l’auteur d’Ecce homo se disait jaloux du Voltaire qui lui avait volé une de ses définitions du nihilisme, en affirmant que « ce qui excuse Dieu, c’est qu’il n’existe pas ».

 

 

 

janvier 2017
80 pages
16 € / 21 CHF

Francisco Della Casa
Bien sûr, Chicago

Le projet d’Adolf Loos pour le Chicago Tribune fait toujours énigme. L’architecte viennois se place à contre-courant du formalisme moderne, «qui demain déjà sera obsolète». Il prend l’arrogance du commanditaire au pied de la lettre pour mieux la révéler. Il raille les désirs de l’époque en proposant d’installer, si les limites de hauteur pouvaient être abolies un jour, une statue de tribun romain assis au sommet de la colonne dorique. Il avertit pourtant : ce projet ne contredit en rien ses positions théoriques antérieures à propos de l’ornement. Loos nous avait alertés et éclairés. La tour n’est pas un archétype, elle est un artefact.

 

 

 

 

mars 2016
168 pages
18 € / 21 CHF

Actuellement indisponible

Alexandre Leupin
Proust en bref

Dans La Recherche, le passé de la narration alterne structurellement avec le présent des maximes : cette alternance met en place la dialectique (ou, littéralement, la lutte à mort) entre la déréliction et l’éternité. Présentées ici, ces sentences brèves, où l’économie d’un classique s’oppose à la corne d’abondance baroque de la prose, résument et généralisent les leçons du récit.
La maxime est l’envol du singulier vers la généralisation, où un autre singulier, le lecteur, peut rencontrer l’auteur : la solitude est congédiée. Ce recueil entend mettre en partage la sagesse que Proust a découverte au centre même de nos multiples décompositions.

 

 

 

 

octobre 2015
144 pages
17 € / 20 CHF

Vincent Kaufmann
Déshéritages

Les œuvres importantes ne naissent pas de trafics d’influence précaution-neusement inventoriés par le notariat philologique, mais au contraire d’interruptions, d’héritages refusés, de pannes et d’accidents dans les romans familiaux. Là où il y avait un héritage, je romps pour advenir. Je suis voué à écrire dans ou en vue de ce qui est décrit ici en termes de déshéritage, et c’est une chance. On convoque à cet effet les exemples de Stéphane Mallarmé, Francis Ponge, Louis Aragon, Guy Debord ou Olivier Rolin, qui tranchent, pour le moins, avec l’obsession patrimoniale de notre temps.

 

 

 

octobre 2015
176 pages
18 € / 21 CHF

Daniel Wilhem
Jivaros

En 1928, Paulhan demande à Grenier d’imaginer une disparition définitive du roman. En 1945, entre deux disputes avec les écrivains blancs, il se dit accablé par les romans visionnaires. Entre-temps, il a vu, dans le bureau où il recevait, des têtes qui tombaient une à une. Et puis, des fortes têtes, qu’il s’est chargé de réduire. Enfin, quelques bons auteurs qui savaient se servir des têtes réduites pour épouvanter, pour faire reculer un temps les gros marchands de la prose française.

 

 

 

mars 2015
208 pages
19 € / 22 CHF

Olivia Bianchi
Photos de chevet

Objets de prédilection, les photos de chevet témoignent de la relation singulière entre des écrivains et des images photographiques qui les ont inéluctablement hantés. Roland Barthes, Hervé Guibert et Susan Sontag ont en commun d’avoir médité sur la photographie à partir de ces épiphanies blessantes. En soutenant l’idée que la photographie est par nature asphyxiante, en vertu de ce surcroît de réalité qu’elle produit, cet essai remet en cause le qualificatif d’élixir de longue vie de la photographie.

 

 

 

mars 2015
112 pages
15 € / 18 CHF

Roger Kempf
Notamment

Les critiques ont écrit des millions de pages pour percer le secret du roman. Roger Kempf leur suggère de passer enfin à autre chose, puisque, chacun le sait, le romanesque, qui n’a pas besoin du roman, commence ou peut-être finit dans les vies incongrues du lecteur.

 

 

octobre 2014
152 pages
16 € / 20 CHF

Daniel Wilhem
Querelle du kitsch

Sans donner des leçons de goût, sans montrer comment nous devrions arbitrer aujourd’hui des confrontations qui vont durer, Daniel Wilhem revient sur deux querelles. La première est centrée sur l’ornement viennois que Loos incrimine. La seconde, où Broch n’est pas le seul à s’être aventuré, a tourné autour du kitsch inoffensif, puis du kitsch sanglant.

 

 

 

mars 2014
176 pages
18 € / 22 CHF

Dominique Laporte
Le deuil la nuit

Dominique Laporte rassemble ici cinq méditations sur la voix, l’ombre, le nom, la lettre vive, le testament littéraire. Borges se demandait ce qu’il pouvait dire de lui, ignorant l’heure de sa mort. L’auteur de Le deuil la nuit répond à son aîné et se demande ce que ses lecteurs redoutent de leur fin pour refuser à celui qui va mourir le savoir que les juges ne refusent pas au condamné.

 

 

 

mars 2014
128 pages
15 € / 19 CHF

Françoise Proust
Feu la souveraineté

Françoise Proust tourne le dos aux tristes que le déclin fascine. Elle relit les Thèses sur l’histoire de Benjamin dans les marges des textes de Nietzsche, Kafka et Kraus. Ses essais sur le temps présent ont l’éclat des traités où s’impose l’écriture fragmentaire et où apparaissent, après le retrait des héros, des contes inouïs, des paraboles et des allégories à venir.

 

 

 

mars 2014
128 pages
15 € / 19 CHF

Chérif Defraoui
Ecrits

Chérif Defraoui renoue, au bout des récits conduits vers l’image, les liens anciens entre la mémoire et l’invention, la méditation et l’ornementation. Ses textes, en publication posthume, ressemblent aux machines mnémoniques dont les magiciens n’ont cessé de se servir.

 

 

octobre 1995
240 pages
20 € / 25 CHF

Sabine Kaufmann
La part du jeu

Les échiquiers ne sont pas réservés aux seuls joueurs. On les retrouve dans les intrigues des romanciers, les géométries des peintres, les monuments des architectes, les figures des poètes. Et même, comme ici, dans le reportage que Sabine Kaufmann tente d’élargir.

 

 

décembre 1997

134 photographies
51 € / 64 CHF

Sue Williams  Renée Green  Tony Oursler
Voltaire

Présentés par Elisabeth Janus, trois artistes, qui n’ont rien à faire du meilleur des mondes et qui ont quelques autres jardins à cultiver en Amérique, commémorent (mais en refusant de le célébrer) le tricentenaire de la naissance de Voltaire.

 

 

septembre 1994
32 pages, 18 images

8 € / 10 CHF